Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Article / RESPONSABILITE DES AVOCATS

L’honneur de l’avocat apprécié dans la procédure disciplinaire

Ce n’est pas la notoriété de l’avocat poursuivi qui explique la publication au Bulletin de cet arrêt.

En réalité cet arrêt est intéressant parce qu’il statue sur cinq moyens tendant à faire casser un arrêt rendu en matière disciplinaire. Celui-ci déclarait l’avocat poursuivi coupable du manquement au principe essentiel d’honneur.

1. La nullité de la citation.

Elle est écartée bien que la citation ait contenu une erreur en visant de façon erronée l’article 1.3 du R.I.N.

Il s’agissait en fait de l’article 1.3 du Règlement intérieur du Barreau de Paris (RIBP). La citation ajoutait que l’article 184 du décret du 27 novembre 1991 était applicable après que les faits reprochés aient été renseignés avec le fondement juridique de la procédure.

2. La rétroactivité des textes fondant la poursuite.

L’article 1.3 du R.I.N. a été institué par le décret du 12 juillet 2005 et la décision du 12 juillet 2007 du R.I.N. alors que les faits reprochés à l’avocat remontent à 1995.

La Cour de cassation écarte le moyen car l’article 1.3 du RIBP, retenu par la décision de condamnation était en vigueur au moment de la commission des faits.

3. Le procès équitable, la prescription de l’action.

L’avocat poursuivi nie que les faits reprochés à l’avocat soient constitutifs d’un manquement à l’honneur le faisant échapper à la loi d’amnistie du 6 août 2002.

La Cour de cassation retient que les juges ont caractérisé le manquement « en retenant qu’il résultait d’un faisceau de circonstances que l’avocat avait gravement exposé à la critique de sa profession et la réputation de son barreau d’appartenance ».

Cet arrêt permet ainsi de donner un éclairage sur la notion d’honneur, principe essentiel qui peut apparaître protéiforme et aussi difficile à cerner qu’un autre principe, la délicatesse.

 

Référence : Civ. 1ère, 10 octobre 2019, n° 18-21966, à publier au Bulletin

Yves Avril peut être joint par mail ou téléphone

Par email à [email protected]
Téléphone au : +33 2 96 33 34 80
Yves Avril
4-6 rue Saint-Benoît – BP 309
22 003 Saint/Brieuc cedex 1

Souvent les personnes qui sollicitent des avis, des conseils ou des préconisations ont connu des déceptions dans leurs relations avec les avocats (honoraires, responsabilité civile, disciplinaire ou pénale). Il est impératif de ne pas entretenir des illusions et d’ajouter des coûts quand aucun espoir raisonnable n’est permis. La rémunération de la consultation, sauf exceptions limitées, sera convenue selon une base forfaitaire, comprenant tous les frais. 

Pour assumer pleinement son rôle de conseil, Yves AVRIL propose avant toute intervention, en toute indépendance, une consultation écrite et motivée, exprimée dans un délai convenu et raisonnable. 

Cette consultation préconisera des actions ou les déconseillera. Ce n’est qu’à l’issue d’une consultation positive que des diligences seront envisagées. Elles seront encadrées par une convention librement déterminée, décrivant avec précision la mission et sa rémunération.

 © Copyright Yves Avril – Tous droits réservés

Site internet HLG STUDIO/ HLG PRODUCTION