Article / DEONTOLOGIE

La licéité de l’admonestation du bâtonnier.

Ayant constaté que l’admonestation infligée à un avocat n’avait pas été inscrite à son dossier individuel, une cour d’appel en a exactement déduit que la mesure ne constituait pas une sanction qui, comme telle, ferait grief, mais une simple remontrance que le bâtonnier est en droit d’adresser à un avocat pris en défaut sans condition de forme ou de procédure particulière. C’est, partant, à bon droit que le recours contre cette mesure a été jugé irrecevable.

Cour de cassation, 1ère civ., 16 mai 2012

Source : Dalloz Hebdomadaire, 19 juillet 2012, p. 1868. Commentaire Yves Avril.

Contactez
YVES AVRIL
Avocat

Via ce formulaire ou par email à [email protected]
Tél : +33 2 96 33 34 80
Cabinet RAVET
Associés 4-6 rue Saint-Benoît
BP 309
22 003 Saint/Brieuc cedex 1

 © Copyright Yves Avril – Tous droits réservés

Site internet HLG STUDIO/ HLG PRODUCTION