Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Article / Organisation de la profession

L’examen de contrôle des connaissances en matière de déontologie d’avocat et d’organisation professionnelle (Civ. 1ère, 18 février 2015, n° 13.28473, à publier au bulletin)

L’article 98 du décret du 27 novembre 1991 a créé un certain nombre de possibilités d’accès au barreau dispensant du certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA).

Toutefois un décret du 3 avril 2012 a inséré un article 98-1 obligeant les bénéficiaires de ces dispenses à subir avec succès un examen de contrôle des connaissances en déontologie et règlementation professionnelle. Cet examen se passe devant un jury du type de celui prévu pour le CAPA (article 69 du même décret).

Un candidat avait sollicité son inscription au Barreau de Papeete et avait été inscrit sous réserve de passer l’examen.

Formant un recours, il avait soutenu avec succès devant la Cour d’appel de Papeete qu’il ne pouvait se soumettre à l’examen qu’en se rendant en métropole, faute de trouver en Polynésie un Centre de formation professionnelle. Pour lui cela constituait une rupture d’égalité entre avocats. La Cour d’appel, par un arrêt du 26 septembre 2013, avait ordonné l’inscription du Barreau sans avoir à subir avec succès l’examen.

La Cour de Cassation exerce sa censure. Les textes se suffisent à eux-mêmes. Leur application doit conduire à ce que chaque avocat bénéficiant d’une « passerelle » fasse ses preuves préalables en matière de connaissances théoriques de déontologie.

Soucieux de déontologie, on ne peut que se féliciter qu’il n’y ait aucune exception au moment d’en apprendre les contours.

Yves Avril peut être joint par mail ou téléphone

Par email à [email protected]
Téléphone au : +33 6 25 59 34 96
Yves Avril
4 Place Glais-Bizoin
22000 SAINT-BRIEUC

Souvent les personnes qui sollicitent des avis, des conseils ou des préconisations ont connu des déceptions dans leurs relations avec les avocats (honoraires, responsabilité civile, disciplinaire ou pénale). Il est impératif de ne pas entretenir des illusions et d’ajouter des coûts quand aucun espoir raisonnable n’est permis. La rémunération de la consultation, sauf exceptions limitées, sera convenue selon une base forfaitaire, comprenant tous les frais. 

Pour assumer pleinement son rôle de conseil, Yves AVRIL propose avant toute intervention, en toute indépendance, une consultation écrite et motivée, exprimée dans un délai convenu et raisonnable. 

Cette consultation préconisera des actions ou les déconseillera. Ce n’est qu’à l’issue d’une consultation positive que des diligences seront envisagées. Elles seront encadrées par une convention librement déterminée, décrivant avec précision la mission et sa rémunération.