Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Article / Organisation de la profession

Discrimination au sein de la profession d’avocat. Le défenseur des droits lève un tabou.

Le 2 mai 2018 le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a présenté une enquête d’une ampleur inédite sur les discriminations dans la profession d’avocat.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les femmes avocates rapportent « plus souvent que dans d’autres professions, avoir vu leur travail ou leurs compétences non reconnus, dévalorisés ».

L’enquête à laquelle ont répondu 7138 avocats dresse un état des lieux « des conditions de travail et des expériences de discriminations dans la profession d’avocat en France ».

S’agissant des discriminations 38% des personnes interrogées (dont 53% de femmes et 21% d’hommes) rapportent une expérience de discrimination dans les cinq dernières années.

72% des femmes et 47% des hommes interrogés rapportent une expérience de discriminations à l’encontre de leurs collègues. Les principaux motifs de discrimination déclarés sont le sexe (22,4%), la maternité (19,7%) et l’âge (17,3%).

Plus surprenant pour la profession d’avocat, le faible pourcentage de recours. Moins de 5% des personnes confrontées à une discrimination ont entamé des démarches formelles en raison de l’inutilité du recours (29%), l’insuffisance de preuves (23%), la peur des représailles (21%).

On pourra lire une relation plus développée dans la Semaine Juridique, Edition générale, 7 mai 2018, n° 560.

Yves Avril peut être joint par mail ou téléphone

Par email à [email protected]
Téléphone au : +33 6 25 59 34 96
Yves Avril
4 Place Glais-Bizoin
22000 SAINT-BRIEUC

Souvent les personnes qui sollicitent des avis, des conseils ou des préconisations ont connu des déceptions dans leurs relations avec les avocats (honoraires, responsabilité civile, disciplinaire ou pénale). Il est impératif de ne pas entretenir des illusions et d’ajouter des coûts quand aucun espoir raisonnable n’est permis. La rémunération de la consultation, sauf exceptions limitées, sera convenue selon une base forfaitaire, comprenant tous les frais. 

Pour assumer pleinement son rôle de conseil, Yves AVRIL propose avant toute intervention, en toute indépendance, une consultation écrite et motivée, exprimée dans un délai convenu et raisonnable. 

Cette consultation préconisera des actions ou les déconseillera. Ce n’est qu’à l’issue d’une consultation positive que des diligences seront envisagées. Elles seront encadrées par une convention librement déterminée, décrivant avec précision la mission et sa rémunération.