Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Article / DEONTOLOGIE

La répartition des primes d’assurance de responsabilité par le Conseil de l’Ordre (Cour d’appel d’Aix-en-Provence, 26 juin 2014, n° 2014/16)

On avait déjà eu l’occasion de commenter un arrêt de la Cour de Cassation du 22 janvier 2014, n° 13-10185, qui avait censuré l’arrêt de la Cour d’appel pour un simple vice de forme, l’absence d’audition du bâtonnier.

C’est ici l’arrêt de renvoi qui vient d’être rendu et approuve le Conseil de l’Ordre des Avocats du Barreau de Narbonne.

Celui-ci avait décidé que les avocats exerçant à titre libéral acquitteraient par an une cotisation de 981 € par avocat et qu’une demi-cotisation, soit 491 €, serait payée par avocat salarié et mise à la charge de l’employeur.

Pour un avocat employeur cette solution était contraire au principe d’équité et d’égalité des avocats entre eux. Or les juges veillent au respect de ce principe, sans méconnaître le droit du Conseil de l’Ordre de fixer la répartition.

Pour l’avocat qui élevait la réclamation, la cotisation était sans cause puisque l’avocat salarié n’engage que la responsabilité de son employeur, lui-même assuré. De plus il considérait qu’une charge supplémentaire établissait une discrimination au détriment des avocats employeurs par rapport aux avocats qui recourent à une collaboration libérale, qui sont dispensés de toutes cotisations pour leurs collaborateurs.

Pour la Cour d’appel une analyse au cas par cas est impossible. On ne peut vérifier si l’avocat salarié a une clientèle personnelle. Dans ces conditions les principes d’équité et d’égalité entre avocats ne sont pas rompus.

Yves Avril peut être joint par mail ou téléphone

Par email à [email protected]
Téléphone au : +33 6 25 59 34 96
Yves Avril
4 Place Glais-Bizoin
22000 SAINT-BRIEUC

Souvent les personnes qui sollicitent des avis, des conseils ou des préconisations ont connu des déceptions dans leurs relations avec les avocats (honoraires, responsabilité civile, disciplinaire ou pénale). Il est impératif de ne pas entretenir des illusions et d’ajouter des coûts quand aucun espoir raisonnable n’est permis. La rémunération de la consultation, sauf exceptions limitées, sera convenue selon une base forfaitaire, comprenant tous les frais. 

Pour assumer pleinement son rôle de conseil, Yves AVRIL propose avant toute intervention, en toute indépendance, une consultation écrite et motivée, exprimée dans un délai convenu et raisonnable. 

Cette consultation préconisera des actions ou les déconseillera. Ce n’est qu’à l’issue d’une consultation positive que des diligences seront envisagées. Elles seront encadrées par une convention librement déterminée, décrivant avec précision la mission et sa rémunération.