Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Article / DEONTOLOGIE

La possibilité pour l’avocat d’agir en responsabilité contre son prédécesseur. (Civ. 1ère, 16 novembre 2016, n° 15-26725, à publier au Bulletin)

La succession d’avocats dans un même dossier a été bien refondue dans un article 9 du R.I.N.

L’article 9.3 dispose que « Sauf accord préalable du bâtonnier, l’avocat qui accepte de succéder à un confrère ne peut défendre les intérêts du client contre son prédécesseur ».

L’examen de la jurisprudence du Conseil de l’Ordre du Barreau de Paris montre des exemples de poursuites disciplinaires pour le non-respect de cette disposition entrée dans le droit positif de la profession en 2005.

Toutefois, à notre connaissance l’arrêt qui a été rendu par la Cour de cassation est le premier à se pencher sur cette disposition relativement nouvelle.

La Cour d’appel avait considéré que l’absence de demande au bâtonnier avait constitué un manquement aux principes d’honneur, de loyauté et de confraternité, mais avait prononcé une relaxe pour l’infraction à l’article 9.3 du R.I.N.

La sanction avait été le blâme et l’interdiction de faire partie du Conseil de l’Ordre, du Conseil national des barreaux et autres organismes professionnels pendant cinq ans.

A partir du moment où la Cour d’appel retenait l’exigence du manquement, il lui appartenait de se fonder aussi sur une violation de l’article 9.3 du R.I.N.

Yves Avril peut être joint par mail ou téléphone

Par email à [email protected]
Téléphone au : +33 6 25 59 34 96
Yves Avril
4 Place Glais-Bizoin
22000 SAINT-BRIEUC

Souvent les personnes qui sollicitent des avis, des conseils ou des préconisations ont connu des déceptions dans leurs relations avec les avocats (honoraires, responsabilité civile, disciplinaire ou pénale). Il est impératif de ne pas entretenir des illusions et d’ajouter des coûts quand aucun espoir raisonnable n’est permis. La rémunération de la consultation, sauf exceptions limitées, sera convenue selon une base forfaitaire, comprenant tous les frais. 

Pour assumer pleinement son rôle de conseil, Yves AVRIL propose avant toute intervention, en toute indépendance, une consultation écrite et motivée, exprimée dans un délai convenu et raisonnable. 

Cette consultation préconisera des actions ou les déconseillera. Ce n’est qu’à l’issue d’une consultation positive que des diligences seront envisagées. Elles seront encadrées par une convention librement déterminée, décrivant avec précision la mission et sa rémunération.